4

Découvrir Porto en quatre jours

 
Vue sur Porto depuis Vila Nova de Gaia
Sac à malices

 

Premier article invité du blog, mais attention, ce n'est pas n'importe quel invité, puisqu'il s'agit d'un membre de l'équipe Sourires Nomades.

 

Aurélie a fait un tour du côté de Porto au Portugal en septembre dernier. Elle a bien voulu nous faire partager sa petite virée. Un peu de soleil en décembre ne fait pas de mal. Et surtout, c'est une bonne idée d'escapade pour le printemps prochain. Bonne lecture et merci Aurélie pour ce retour d'expérience.

 

 

Mi-septembre, nous nous sommes envolés direction Porto au départ de Rennes pour un week-end de 4 jours. Durant la saison estivale, il est possible de rejoindre la cité lusitanienne pour pas très cher avec Ryanair (environ 120 euros par personne aller-retour) ce qui en fait une destination très attractive pour les Rennais. D’ailleurs la ligne a connu un franc succès tout l’été.

 

Rejoindre le centre-ville de Porto depuis l’aéroport se fait très facilement car l’une des lignes de métro dessert l’aéroport en 45 minutes environ. Et cerise sur le gâteau : il n’y a pas de changement. Et puis, dans chaque station de métro, quelqu’un vous explique comment prendre vos tickets aux machines. Tout y est pensé pour aider le touriste.

 

Dès notre arrivée à l’hôtel, nous avons décidé de partir arpenter les rues, et sans nous en rendre compte et en suivant notre intuition, nous nous sommes retrouvés à voir les principales attractions de la ville dès le premier jour : Torre de los Clérigos, Rua das Flores, Praça da Liberdade, le quartier de Ribera au bord du Douro.

 

 

 

En revanche, notre premier diner à Porto s’est transformé en parcours du combattant. Les scènes d’un festival de musiques actuelles occupaient les points stratégiques de la ville et par conséquent, les restaurants affichaient tous complets. Ils étaient pris d’assaut par les festivaliers. Nous avons malgré tout réussi à grignoter une sorte de feuilleté qui nous a laissé sur notre faim et sommes rentrés un peu dépités à l’hôtel.

 

Heureusement, le deuxième jour s’annonçait sous de meilleurs auspices. Pour ne pas encore être pris au dépourvu, nous avions décidé d’opter pour le petit-déjeuner continental de l’hôtel bien achalandé. Question authenticité on repassera mais il nous a bien requinqué pour repartir à l’abordage de Porto. Au programme de ce deuxième jour, nous avons donc vu le Jardim do Palácio de Cristal, le Museu Nacional de Soares dos Reis qui expose les plus belles créations de l’art portugais, la Cathédrale et Vila Nova de Gaia, de l’autre côté du Douro, et où sont implantées toutes les caves de Porto.

 

 

 

Nous avons profité du troisième jour pour faire du shopping et découvrir le Mercado do Bolhão. Et niveau shopping, Porto n’est pas vraiment un bon plan car les prix sont identiques à la France donc peu de bonnes affaires à réaliser.

 

Comme nous avions notre vol de retour à 12h le quatrième jour, nous avons pris notre temps et profité des dernières spécialités locales pour le petit-déjeuner.

 

En conclusion, on retiendra de Porto :

  • - Beaucoup de façades de monuments sont recouvertes d’azulejos (carrelages). A ne pas râter : l’intérieur de la Estação de São Bento (gare de Porto)
  • - Malheureusement, avec la crise, des monuments qui ne sont pas très bien entretenus
  • - Très dépaysante car les gens sont vraiment sympathiques et cherchent à nouer le contact. Par contre le portugais parle portugais et puis c’est tout ! Le fait de parler anglais et espagnol ne nous a absolument pas servi.
  • - Beaucoup de touristes français à tous les coins de rue.
  • - Une découverte des caves de Porto qui proposent des visites un peu courtes et surtout de la dégustation. Nous y avons testé 3 types de Porto : le blanc qui ressemblent au Pineau des Charentes,  le Tawny et le Ruby. 
  • - Une initiation au Fado qui nous a fait nous sentir tout chose (mélange de tristesse et de gaieté, sensation assez difficile à définir)
  • - Et bien évidemment de la morue !

Une dernière petite info pour vous dire qu’au Portugal, il faut reculer sa montre d'une heure  par rapport à l'heure française.

 

Article rédigé par Aurélie Beltramino



Publié par Charly Guérin le 09/12/2014
Portugal
Partagez cet article :
 

Commentaires sur cet article :

  • Et bien, j'ai tenté de parler espagnol avec les portugais à plusieurs reprises mais ils préféraient qu'on leur parle en français. D'ailleurs, cela avait l'air de bien les agacer qu'on leur demande de parler en espagnol (mauvaises relations avec les voisins ? volonté d'affirmer sa culture ?)Non, je n'ai pas visité le château du fromage ni la Casa da Música. Concernant le premier, je ne l'avais pas vu dans mon guide et pour la seconde, nous nous sommes tâtés mais avons privilégié les monuments plus typiques. Par UCGFM le 20/03/2015 à 14:38
  • :)) Je suis d'accord que l'anglais au Portugal est... inutile :P. Par contre, j'ai vu que les étrangers se débrouillent assez bien s'ils parlent espagnol, qui a beaucoup de similitudes avec le portugais. Et si le français vous a servi, c'est peut-être toujours grâce aux similitudes, les trois étant des langues romaniques. Je me rappelle que j'étais dans un restaurant en centre-ville (donc en centre-ville!) et j'ai commandé pour moi et mon ami en portugais, mais le garçon a observé que nous parlions en anglais entre nous. Après dix minutes il est venu me prier de l'aider à prendre la commande d'une femme qui ne parlait qu'en anglais. :)) Bon, quand même, peu importe la difficulté de communication, le Portugal est superbe! A propos, as-tu vu aussi le château de fromage (Castelo de Queijo) à Porto? Ou la Casa da Música? Par Destination le 18/03/2015 à 21:26
  • Et bien non, au contraire, le voyage était mouvementé mais cela n'a pas gâché notre plaisir, nous ne sommes pas du genre à nous laisser parasiter par de petits couacs :-) Concernant la langue, c'est le français qui nous a effectivement et paradoxalement le plus servi. Et pour l'anglais, nous avons trouvé qu'un seul restaurant à le pratiquer. Par UCGFM le 16/12/2014 à 09:19
  • Bah dis donc, d'ici on dirait que c'était pas top ! Je me trompe ?Pour le point sur la langue, je ne suis pas tellement d'accord. La vieille génération maîtrise plutôt bien le français et la jeunesse plutôt bien l'anglais...Côté shopping, à part les enseignes du groupe Inditex qui sont moins chère que chez nous (Zara, Oysho, Massimo Dutti, Stradivarius...), ça reste identique, effectivement ! Par Audrey le 10/12/2014 à 01:08
Déposez votre commentaire
* Champs obligatoires

Commandez le calendrier 2017

Un calendrier 2017 pour "Enfants du Soleil"

Créez votre calendrier !

Calendrier photo

Commandez le tee-shirt Sourires Nomades

Un tee-shirt Sourires Nomades pour les Enfants d'Ankasina

Le dernier sourire de Charly

Défilé de sourires à Tupiza
Voir tous ses sourires

Les derniers billets du blog

  • photo [JEU-CONCOURS] Partagez un sourire et gagnez le livre "Éclats de joie"

    [JEU-CONCOURS] Partagez un sourire et gagnez le livre "Éclats de joie"

  • photo Un calendrier 2017 pour "Enfants du Soleil"

    Un calendrier 2017 pour "Enfants du Soleil"

  • photo 10 bons plans pour un séjour à Florence

    10 bons plans pour un séjour à Florence

  • photo Réhahn, des sourires inspirants

    Réhahn, des sourires inspirants

  • photo VOTEZ et gagnez un tee-shirt Sourires Nomades

    VOTEZ et gagnez un tee-shirt Sourires Nomades

Mais qui est Charly ?

À l'origine du projet Sourires Nomades, Charly Guérin est un passionné de voyages.